Le Conseil des recteurs des universités portugaises

Publié le 28 mai 2008

La présente déclaration a été approuvée mi-octobre 2006 par le Conseil des recteurs des universités portugaises et présentée lors de la seconde Conférence sur le Libre Accès   de l’université de Minho (Braga, Portugal, 27-28 novembre 2006). Le point 4 ci-dessous n’apparaît pas dans la version portugaise mais a été ajouté dans la version anglaise par le président du Conseil.

Libre Accès   aux publications scientifiques

La réalité pratique et l’économie de la diffusion de la connaissance scientifique et du patrimoine culturel ont radicalement changé avec le développement d’Internet.

Au vu de ces évolutions, il était clair que la mission de diffusion du savoir des universités ne pourrait être mise en œuvre que si les informations correspondantes étaient mises rapidement à la disposition de la société dans son ensemble au moyen du nouveau modèle du Libre Accès, via Internet.

Le débat sur l’accès aux publications scientifiques s’est intensifié ces dernières années, notamment concernant les revues à comité de lecture. Il a été en effet reconnu que le système actuel, en limitant l’accès aux résultats de la recherche et par voie de conséquence leur utilisation, représentait un obstacle majeur au progrès scientifique et technique.

Plusieurs projets, dont le but était de contourner les limitations actuelles, ont ainsi vu le jour pour promouvoir un meilleur accès à la littérature scientifique, c’est ce que l’on appelle communément le mouvement du Libre Accès  . Ce nouveau mouvement en faveur d’un Libre Accès à la littérature scientifique a donné lieu à différentes déclarations et recommandations, notamment l’Initiative de Budapest pour le Libre Accès (BOAI) et la Déclaration de Berlin sur le Libre Accès à la connaissance (qui a déjà été signée par un grand nombre d’universités et de recteurs). Récemment, l’Association européenne des universités a également créé un groupe de travail sur le Libre Accès.

Les mérites du Libre Accès aux publications scientifiques sont de plus en plus reconnus au niveau international. Le Libre Accès accroît la visibilité  , l’accessibilité et la diffusion des résultats de l’activité scientifique de chaque chercheur, chaque université ou chaque organisme de recherche mais aussi de chaque pays et en permet l’utilisation avec l’impact que cela représente dans la communauté scientifique internationale. Un nombre croissant d’études montrent que les articles scientifiques qui ont été mis en libre accès sur Internet sont davantage cités et ont donc un impact plus important que ceux qui ne sont pas en libre accès.

Les bénéfices du libre accès pour chaque chercheur et auteur de publications scientifiques se traduisent non seulement par une diffusion plus large et un impact plus important de ses résultats, mais aussi par un meilleur accès à la recherche réalisée par d’autres chercheurs dans son domaine.

Pour chaque université et organisme de recherche, le Libre Accès entraîne non seulement une meilleure visibilité et reconnaissance de ses performances scientifiques, mais crée aussi de nouvelles possibilités de partenariats et de projets de collaboration avec d’autres organismes ou des entreprises nationales ou internationales.

En ce qui concerne le Portugal, le Libre Accès peut augmenter sa visibilité dans la communauté scientifique internationale et faciliter l’accès des entreprises et des citoyens à l’information scientifique, en favorisant ainsi le transfert des connaissances et de l’innovation à grande échelle.

En conséquence, le Conseil des recteurs des universités portugaises a décidé d’adopter la position suivante :

1. affirmer son soutien et son adhésion au Libre Accès aux publications scientifiques, en signant, par le biais de son président, la Déclaration de Berlin sur le libre accès à la connaissance ;

2. recommander à toutes les universités portugaises de créer, seules, ou en coopération avec d’autres établissements, des archives institutionnelles dans lesquelles les chercheurs peuvent déposer leurs publications scientifiques et universitaires ;

3. recommander à toutes les universités portugaises de définir des politiques institutionnelles demandant à leurs membres de déposer leurs publications scientifiques et universitaires dans ces archives pour les rendre accessibles en libre accès à tout moment ;

4. étudier avec les grandes revues scientifiques internationales les modalités pour déposer dans des archives institutionnelles les articles émanant des chercheurs portugais et publiés dans ces revues, en préservant ainsi la priorité légitime de la publication dans ces revues ;

5. recommander au ministère de la Science, de la Technologie et de l’Enseignement supérieur (MCTES) de mettre en œuvre des politiques demandant que les publications résultant de projets de recherche financés directement ou indirectement par le MCTES soient déposées dans au moins une archive en libre accès pour rendre ainsi publiquement disponibles les résultats de la recherche financée sur fonds publics, dans la lignée des discussions qui ont lieu actuellement aux Etats-Unis (Federal Research Public Access Act 2006) et des recommandations européennes (Study on the Economic and Technical Evolution of the Scientific Publication Markets in Europe) ;

6. encourager la mise en réseau et l’interopérabilité   entre les archives institutionnelles des universités portugaises et la création d’un portail unique d’accès aux publications scientifiques nationales et demander aux autorités gouvernementales compétentes les fonds nécessaires pour financer ce projet qui est fondamental pour la production et la diffusion du savoir, de l’innovation et du progrès technique.

Conseil des recteurs des universités portugaises
Novembre 2006