Coûts des APC au Royaume-Uni

Publié le 24 août 2017, par Thérèse HAMEAU

Le Jisc publie les premiers éléments sur les dépenses relatives aux frais de publication   (APC), des établissements d’enseignement supérieur du Royaume-Uni pour l’année 2016.
Le nombre d’APC payé a augmenté de 47 % avec une croissance encore plus rapide des dépenses + 57 % depuis 2013. Comme les années précédentes, la majorité de celles-ci se concentre sur un faible nombre d’éditeurs : 10 éditeurs en perçoivent 77 % et 525 les 23 % restants. Elsevier reste en tête avec près d’un tiers des dépenses.
Les offset agreements ont permis un maintien du montant des frais de publication, mais avec des différences selon le type d’accord. Pour Taylor & Francis et la Royal Society of Chemistry, les coûts ont baissé ; ils sont stables pour Wiley-Blackwell et Springer, mais ont augmenté pour Elsevier et dans une moindre mesure pour Oxford University Press, pour lesquels il n’y a pas d’offset agreements.
Les dépenses pour les revues, dont l’ensemble des articles est en libre accès  , représentent un quart de la totalité et ont progressé plus rapidement que pour les revues hybrides. Ceci s’explique par le fait qu’un plus grand nombre d’APC est payé aux revues fully open access et que le coût moyen des APC pour ces dernières a augmenté moins rapidement que celui des revues hybrides. Par ailleurs, le coût moyen des APC des revues fully open access est inférieur de plusieurs centaines de livres à celui des revues hybrides.
Pour le Jisc, ces informations démontrent les effets positifs des différentes politiques mises en place au Royaume-Uni et des financements ciblés pour la voie dorée   et également la nécessité de poursuivre les offset agreements.

L’information