Le Libre Accès

Publié le 5 octobre 2006

En avril 2005, à la demande du JISC, Alma Swan de Key Perspectives Ltd a écrit un document sur le Libre Accès   : « Open Access Briefing Paper ». Il a été modifié par Frederick Friend en Septembre 2006 : « Open Access Briefing Paper Version 2 ».
Le texte ci-après est la traduction française de la version 2. La traduction a été assurée par Catherine Gunet (INIST-CNRS) et Sandrine Avril (INIST-CNRS).

Le Libre Accès  

Le World Wide Web a donné les moyens aux chercheurs de mettre à tout moment les résultats de leurs recherches à disposition de tout le monde, n’importe où. Ceci s’applique aux articles de revues que leur bibliothèque soit abonnée ou non à la revue dans laquelle les articles ont été publiés, ainsi qu’à d’autres documents présentant les résultats de la recherche comme les communications de congrès, les thèses, les rapports de recherche. C’est ce qu’on appelle le Libre Accès.

Les chercheurs publient leurs résultats afin d’établir la paternité de leur propre rôle dans les recherches et de permettre à d’autres chercheurs de ré-utiliser ces résultats. Dans le cas des articles de revues, seuls les établissements les plus riches ont les moyens d’acquérir une proportion raisonnable de toutes les revues scientifiques publiées et donc, pour une grande partie des chercheurs, il n’est pas toujours facile d’avoir connaissance de ces articles et de pouvoir y accéder. Le Libre Accès change tout cela.

Qu’est-ce que le Libre Accès ?

La littérature scientifique en Libre Accès est constituée d’articles de revues et de communications de congrès validés par les pairs ainsi que de rapports techniques, de thèses et de documents de travail, le tout librement accessible en ligne. Dans la plupart des cas, il n’y a pas de conditions de licence restreignant leur utilisation par les lecteurs. Cette littérature scientifique peut donc être utilisée librement à des fins de recherche, d’enseignement ou autres.

Qu’est-ce que le Libre Accès n’est pas ?

Le Libre Accès fait l’objet de plusieurs malentendus. Le Libre Accès n’est pas une auto-publication ni un moyen de contourner l’évaluation par les pairs ou l’édition ; ce n’est pas non plus une sorte de filière d’édition au rabais et de qualité inférieure. C’est tout simplement une manière de mettre gratuitement en ligne les résultats de la recherche pour l’ensemble de la communauté scientifique.

Quelles sont les modalités du Libre Accès ?

Le Libre Accès peut prendre différentes formes. Un chercheur peut soit déposer un exemplaire de chaque article dans une archive en Libre Accès, soit publier des articles dans des revues en Libre Accès. De plus, le chercheur peut déposer un exemplaire de chaque article sur le site web de son département ou sur son site personnel. Alors que ces trois manières de mettre en Libre Accès assurent aux utilisateurs un accès beaucoup plus large aux articles que si ces derniers étaient dissimulés dans des revues sur abonnement, les deux premières sont une manière de le faire beaucoup plus systématique et organisée que la troisième et elles augmentent les chances que d’autres chercheurs trouvent et lisent les articles.

Les archives en Libre Accès sont des collections numériques d’articles scientifiques qui ont été déposés dans cet espace par leurs auteurs. Dans le cas des articles de revues, cela peut se faire avant publication (prépublications) ou après publication (postpublications). C’est ce qu’on appelle « l’auto-archivage   ». Ces archives présentent les métadonnées   de chaque article [le titre, les auteurs, et autres informations bibliographiques] dans un format conforme au Protocole de collecte des métadonnées de l’initiative sur les archives ouvertes (Open Archives Inititiative Protocol for Metadata Harvesting - OAI-PMH). Pour accéder au contenu de ces archives, vous pouvez utiliser Google ou un des moteurs de recherche spécialisés pour une recherche plus ciblée et plus efficace. Ces derniers collectent systématiquement les contenus d’archives dans le monde entier, constituant ainsi une base de données sur la recherche mondiale en cours. Les archives en Libre Accès peuvent être soit multidisciplinaires et situées dans des universités ou autres organismes de recherche, soit thématiques et centralisées comme c’est le cas d’ArXiv qui couvre certains domaines de la physique et de disciplines connexes. A l’été 2006, le Royaume-Uni disposait d’environ 77archives en Libre Accès et d’autres universités et organismes de recherche ont l’intention d’en mettre en place. On trouvera une liste complète des archives en Libre Accès au Royaume-Uni sur le site Eprints.org de l’université de Southampton. Si votre établissement ne dispose pas d’une archive, vous trouverez sur ce site web des informations expliquant comment créer une archive. L’auto-archivage   est un mouvement international qui prend rapidement de l’ampleur et certains organismes de financement, à l’instar du Wellcome Trust, ont l’intention de mettre en place des archives centralisées pour héberger les articles publiés par les bénéficiaires de leurs subventions.

Le Wellcome Trust et plusieurs Conseils de la recherche britanniques demandent aux bénéficiaires de leurs subventions de déposer un exemplaire des publications issues des recherches qu’ils subventionnent dans une archive appropriée. Si vous craignez que l’éditeur de votre revue impose des restrictions en matière de droit d’auteur   s’opposant à l’auto-archivage de vos articles, la plupart du temps ce n’est pas le cas. Les directives des éditeurs en matière d’auto-archivage et de droit d’auteur peuvent être consultées sur le site du projet SHERPA de l’université de Nottingham.

Les revues en Libre Accès sont des revues à comité de lecture dont les articles sont accessibles à tout le monde gratuitement. Dans de nombreux cas, ces revues existent également au format papier. Certaines de ces revues, notamment celles qui sont publiées par une université ou celles qui sont fortement subventionnées, ne font pas payer des frais d’auteur ou de page. D’autres prélèvent un droit pour publier un article, renversant le modèle traditionnel selon lequel une bibliothèque paie pour accéder au contenu d’une revue par le biais d’un abonnement. Ce droit de publication peut être à la charge du ou des auteur(s) mais la plupart du temps il est financé par une subvention de recherche ou par des fonds institutionnels. Il se peut que votre établissement ait déjà décidé de payer pour la publication d’articles en Libre Accès ou que la prise en charge de ce droit fasse déjà partie de la politique de votre organisme de financement. On trouvera sur le site web de BioMed Central une liste des organismes de financement qui autorisent explicitement l’utilisation de leurs fonds à cette fin. BioMed Central est un éditeur en Libre Accès renommé dont le catalogue contient plus de cent revues. Un autre exemple de revues en Libre Accès est celui des revues de la Public Library of Science, comme PLoSMedicine et PLoS Biology. De nombreux autres éditeurs proposent à leurs auteurs une option libre accès : un article donné peut être publié en libre accès moyennant le paiement d’un droit, même si les autres articles de la revue sont disponibles uniquement sur abonnement.

L’université de Lund propose une liste exhaustive des revues en Libre Accès dans tous les domaines. A l’été 2006, cette liste recensait plus de 2300revues. Bon nombre de ces revues ont des facteurs d’impact et sont indexées par l’Institute for Scientific Information pour son service Web of Knowledge/Web of Science.

Pourquoi les auteurs doivent-ils mettre leurs travaux en Libre Accès ?

De nombreuses données indiquent que les articles scientifiques qui sont auto-archivés sont plus souvent cités que les autres. Dans la plupart des domaines, le taux de citation   est au moins multiplié par deux et parfois même plus dans certains domaines. Cette forme de Libre Accès permet donc à la recherche d’avoir un impact plus important qu’auparavant. De plus, le cycle de la recherche, dans lequel un article est publié, lu, cité puis utilisé par d’autres chercheurs, se trouve amélioré et accéléré quand les résultats sont en Libre Accès. Ne préféreriez-vous pas pouvoir accéder à tous les articles que vous avez besoin de lire et de citer pour votre recherche, facilement et sans restriction ?

Ce document a été rédigé pour le JISC par Alma Swan de Key Perspectives, Ltd ; des modifications ont été introduites par Frederick Friend en septembre 2006. Il a été révisé et produit par Sara Hassen et l’équipe de communication du JISC.

Ce document d’information est disponible sous d’autres formats à : www.jisc.ac.uk/publications.



Informations complémentaires

Projets de Libre Accès du JISC

Le Digital Repositories Programme (programme d’archives numériques) du JISC évalue et explore différents mécanismes de partage d’accès aux ressources institutionnelles :http://www.jisc.ac.uk/index.cfm? name=programme_digital_repositories

Les projets DAEDALUS et TARDis étudient différents modèles pour construire des archives institutionnelles efficaces. www.lib.gla.ac.uk/daedalus et http://tardis.eprints.org

Le projet ePrints UK met en place des services thématiques nationaux pour accéder aux publications électroniques à partir d’archives ouvertes. www.rdn.ac.uk/projects/eprints-uk

Archives en Libre Accès et auto-archivage

Le site Eprints.org propose des informations générales sur les archives en Libre Accès, dont une liste des archives existantes et un manuel expliquant comment mettre en place une archive. www.eprints.org

Pour les moteurs de recherche en Libre Accès les plus connus, voir :
OAIster www.oaister.org
et Citebase http://citebase.eprints.org/cgi-bin/search

Le projet SHERPA met en œuvre des archives en Libre Accès dans un certain nombre d’universités ayant des activités de recherche. www.sherpa.ac.uk

Les politiques d’autorisation sont disponibles par éditeur à :
www.sherpa.ac.uk/romeo.php
et par revue à : http://romeo.eprints.org

Le Directory of Open Access Repositories (répertoire des archives en Libre Accès) est un nouveau service pilote qui propose une liste officielle des archives en Libre Accès. www.opendoar.org

Revues en Libre Accès

Pour toute information sur BioMed Central, le plus important éditeur de revues en Libre Accès, voir : www.biomedcentral.com

Pour une liste des organismes de financement qui accordent des financements pour couvrir les droits de publication, voir : www.biomedcentral.com/info/about/apcfaq#grants

Pour toute information sur la Public Library of Science, voir : www.plos.org

Pour une liste à jour des revues en Libre Accès, voir : www.doaj.org

Etudes de la fréquence des citations et des facteurs d’impact du Libre Accès

La première étude sur l’amélioration de l’impact des articles scientifiques en Libre Accès a été réalisée par Steve Lawrence.

www.nature.com/nature/debates/e-access/Articles/lawrence.html

Des études réalisées par Michael Kurtz ont suivi :
http://cfa-www.harvard.edu/ kurtz/jasist1-abstract.html

http://cfa-www.harvard.edu/ kurtz/jasist2-abstract.html

Harnad et Brody sont les auteurs de l’article le plus récent sur l’impact des articles en Libre Accès :

www.dlib.org/dlib/june04/harnad/06harnad.html

Autres ressources sur le Libre Accès

http://www.arl.org/sparc/
www.arl.org/sparc/soa/#forum

Forum de discussion de American Scientist (destiné en priorité aux chercheurs) : http://amsci-forum.amsci.org/archives/American-Scientist-Open-Access-Forum.html

La version originale du texte en format pdf.