Les prépublications et la communication scientifique

Publié le 6 juin, par Thérèse HAMEAU

Plusieurs voies ont été explorées pour tirer parti des prépublications déposées dans des archives ouvertes :

  • la conception d’épirevues ou overlay journals : en France dix revues sont constituées à partir d’articles présents dans HAL, ArXiv ou CWI (Centrum Wiskunde und Informatica), à l’aide de la plateforme episciences.org, proposée par le Centre pour la communication scientifique directe (CCSD) ; d’autres le sont à partir d’arXiv telles que SIGMA et Discrete Analysis. Pour entrer dans ce système, les articles ne doivent pas avoir été publiés dans une autre revue. Les articles d’un épijournal subissent le processus éditorial classique : soumission des articles, gestion des relectures par les pairs, relance des relecteurs, publication. Chaque revue a son propre site, mais les articles sont hébergés dans l’archive et non sur le site de la revue ;
  • la construction de collections d’articles proposée par ScienceOpen Collections, depuis arXiv et PubMedCentral, autour d’une thématique choisie par une communauté. Les articles sont évalués par ce que ScienceOpen nomme « post-publication peer-review ». Le texte intégral est archivé sur la plateforme. Parmi les collections, on trouve : NeuroImaging Methods et Ticks and tick-borne pathogens.
  • la création de Peer community in ... qui repose sur un système de recommandations remplaçant l’évaluation par les pairs. Les articles « recommandés » sont repérés dans une archive ouverte   ou dans une revue. Les recommandations sont accessibles en ligne. Peer Community in Evolutionary Biology est la première à être lancée en janvier 2017.