Part de la recherche britannique en libre accès

Publié le 8 décembre 2017, par Thérèse HAMEAU

Le rapport Monitoring to the Transition to Open Access dresse un état des lieux du libre accès   au Royaume-Uni. Ce rapport a été commandité par le UUK Open Access Coordination Group mis en place, à la suite du rapport Finch de 2012, pour soutenir la transition vers le libre accès des articles publiés dans des revues. Un premier rapport a été publié en août 2015 pour recueillir des données sur les principales caractéristiques de cette transition. Ce deuxième rapport s’appuie sur ces résultats et étudie les tendances au cours de la période écoulée.
En 2016 la part de la recherche britannique accessible en libre accès dès la publication est de 37% et de 54 % à 12 mois, voie verte   et voie dorée   cumulées. La proportion d’articles publiés par la voie dorée avec accès immédiat passe de 12 % en 2012 à 19 % en 2016. Pour les articles d’auteurs britanniques, de 12% en 2012 à 30% en 2016, avec un taux de croissance annuel de plus de 30% soutenu tout au long de la période. L’augmentation touche également les revues offrant un libre accès immédiat avec plus de 60 % en 2016 contre moins de 50 % en 2012, ce qui de facto baisse le nombre de revues sur abonnements.
Les articles en libre accès sont plus téléchargés que les autres, notamment à partir des sites des éditeurs (deux à quatre fois plus). Les téléchargements à partir des archives ouvertes sont moindres, mais le nombre d’articles déposés a été majoré de plus de 60 % de 2014 à 2016 et le nombre de téléchargements a plus que doublé, passant de 6 à 12 millions.
Le montant des APC continue de progresser et reste également plus élevé pour les revues hybrides. Les Conseils de recherche britanniques sont la source principale des financements. Plus de la moitié des dépenses pour les frais de publication   va à trois éditeurs : Elsevier, Springer Nature et Wiley.
Les revues offrent pratiquement toutes la licence CC BY.

Le rapport