Plan français pour la science ouverte

Publié le 5 septembre 2018, par Thérèse HAMEAU

Le 4 juillet 2018, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, a annoncé le plan national pour la science ouverte. Dans son discours, elle a indiqué que la science ouverte faisait partie de ses priorités et que le plan national met en place les conditions de son développement en France. Trois axes le composent dont le premier consiste à généraliser l’ouverture des publications. Il repose sur trois points : instauration d’une obligation de diffusion en libre accès   des articles et ouvrages issus de recherches financées par appel à projets sur fonds publics ; création d’un fond pour développer la bibliodiversité ; soutien de l’archive HAL dans son rôle d’archive ouverte   nationale.
Le deuxième axe porte sur l’ouverture des données de la recherche qui devront également être diffusées en libre accès pour celles résultant de recherches financées sur projets. Par ailleurs est créée la fonction d’administrateur des données au ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.
Le troisième axe vise à inscrire la France dans une dynamique durable, européenne et internationale. Il y est question de formation pour développer de nouvelles compétences, de mise en place de politiques de science ouverte dans chaque université et organisme de recherche, et d’articulation des actions françaises avec celles d’un niveau européen et international.

Le plan science ouverte est doté d’un budget de 5,4 millions d’euros la première année et de 3,4 millions pour les années suivantes.

Le plan